geek2geek avis

  • geek2geek avis

    Ce ne sont jamais les angoisses qui manquent si on pense au BDSM (bondage, domination, sado-masochisme) : la peur d’la douleur et celle du ridicule, le caractere elitiste, le tabou des sensations interdites, la question des violences conjugales, le folklore des harnais, lidee quon puisse franchir un point de non-retour, limpossible tri entre suicide social et passion secrete

    Ce ne sont jamais les angoisses qui manquent si on pense au BDSM (bondage, domination, sado-masochisme) : la peur d’la douleur et celle du ridicule, le caractere elitiste, le tabou des sensations interdites, la question des violences conjugales, le folklore des harnais, lidee quon puisse franchir un point de non-retour, limpossible tri entre suicide social et passion secrete

    en passant par la faute de gout consistant a suivre les gouts du troupeau (cela evoque, la mode 50 Nuances de Grey a enfin reflue : allez en paix). Pour enfoncer le clou des reticences : cet acronyme BDSM, comme si sado-maso etait devenu une expression de novice ayant oublie ses cordes au cours de sa derniere rando dans les Alpes. BDSM tel si lindicible devait etre tasse, hygienise, onze syllabes dans quatre lettres (or on sait que quatre lettres font toujours mal ANPE, SNCF, RATP, SIDA, SAMU).

    Et pourtant.

    are simone biles and zac efron dating

    En 2011, un tiers des Francaises fantasmaient sur claque detre dominees, et un cinquieme des hommes. Un quart des femmes voulaient etre menottees ou ligotees, et 15 % des hommes (Harris Interactive/Marianne). En 2014, les deux tiers des Quebecoises et environ la moitie de leurs chums fantasmaient dans claque detre sexuellement domines, le bondage interessait limite Notre moitie des repondants, un quart des femmes et 43 % des hommes auraient volontiers fouette leur mari. (Sur un sujet aussi sensible, les chiffres paraissent i chaque fois a prendre avec des pincettes a tetons.)

    Bizarre, cette popularite ?

    Comments Off on Ce ne sont jamais les angoisses qui manquent si on pense au BDSM (bondage, domination, sado-masochisme) : la peur d’la douleur et celle du ridicule, le caractere elitiste, le tabou des sensations interdites, la question des violences conjugales, le folklore des harnais, lidee quon puisse franchir un point de non-retour, limpossible tri entre suicide social et passion secrete